Éclairer le futur est notre métier

Taille du texte: +

La DSI a-t-elle les compétences nécessaires à la transformation du SI ?

Cette semaine le bouillant entrepreneur Xavier Niel a convoqué la presse, façon Apple, pour lever le voile sur sa nouvelle box, huit ans après la sortie de la Freebox Révolution qui à l'époque avait réveillé les opérateurs historiques par son innovation.

Avec cette nouvelle box saison 7, Free annonce beaucoup de fonctionnalités (voir la brochure), mais en quoi est-ce, ou pas, une nouvelle révolution ?

Pour répondre à cette question GreenSI propose de se mettre dans le contexte de Mme Michu en 2025 car la durée de vie de cette box (et donc la compétitivité de l'offre Free) est d'au moins 5-7 ans. C'est certainement exactement la question que se sont posés les ingénieurs de Free avant de bourrer des fonctionnalités dans ce volume triangulaire, inscrit dans un cercle de 17 cm de rayon pour le "player" (la TV box) et un plus petit pour le "server" qui reçoit la fibre optique ou la liaison ADSL.

Sans aucun doute le modèle de Free est maintenant celui d'Apple et non plus le modèle du trublion "low-cost" qui avait tout compris et que l'on a découvert en 2002 avec son offre ADSL très compétitive.

Annoncée lors d'un grand spectacle au style épuré et aux invités triés sur le volet, pouvoir la commander en ligne dès la fin de la conférence, retour à un OS maison propriétaire et abandon d'Android, design haut de gamme du "player" et du "server"... les signes d'un lancement façon Apple sont là.

Une différence structurelle importante cependant est que le modèle de Free reste un modèle par abonnement, alors qu'Apple vend très cher des équipements avec un renouvellement rapide qu'il provoque (cela pourrait changer avec la santé connectée et un modèle par abonnement). Et l'abonnement de Free est clairement positionné haut de gamme à 50€ par mois plus 10€ pour le "player".

Sans abandonner son abonnement, Free tente quand même le modèle de la vente du "player" en une fois comme une enceinte connectée (à 480€), au lieu d'un paiement mensuel - avec engagement - sur 4 ans. Si les clients adoptent cette formule, peut-être que Free fera évoluer son modèle vers celui des GAFAs qui, avec les assistants vocaux, vendent du matériel et cherchent la valorisation de la relation privilégiée qu'ils obtiennent de ce matériel. Free quittera alors définitivement le clan des opérateurs. Mais ce n'est pas encore en 2018.

Car c'est bien de ça dont il s'agit pour Free avec cette nouvelle offre : tester le futur business modèle des opérateurs internet.

En 2014 GreenSI avait écrit un billet "Flashback sur la maison connectée et les Telcos déconnectés" pour montrer comment, malgré tous les plans des telcos pour contrôler la maison connectée depuis leur box internet ou le GSM, ils s'étaient fait doubler par les opérateurs de services sur internet. Le trafic data de cette maison connectée passe bien par leur box, mais pas par leur portefeuille...

Il faut donc décoder l'annonce du 4 décembre comme celle du premier de l'empire des Telcos qui contre-attaque.

Pour cela, il faut quitter le bureau ou le placard où la box a été installée et conquérir rapidement une place visible au milieu du salon avant que les américains Amazon Echo et Google Home ou le chinois Xiaomi Xio AI, n'aient déjà pris tout l'espace.

Car après avoir gagné les services en ligne de la maison (mails, réseaux sociaux, photos, vidéos, ...) ils cherchent maintenant à y rentrer avec leurs équipements !

Avec un NAS (serveur de stockage en réseau), un pack sécurité (avec une connectivité M2M) et une compatibilité avec des fabricants d'équipements (Somfy, Philips annoncés) cette nouvelle box répond aux besoins de la maison connectée de Mme Michu en 2025: data et sécurité.

Data, car l'explosion des données c'est aussi pour les particuliers. Sécurité, car la protection des données va restreindre les usages exclusivement dans le cloud pour beaucoup de données personnelles. Et puis il faut aussi protéger sa maison.

En 2025 Mme Michu aura donc un important stockage local accessible depuis tous ses équipements connectés, sans passer par le cloud. C'est aussi pour elle la possibilité d'avoir une domotique pour protéger sa maison et en automatiser quelques fonctions.

La domotique est une fonction bien comprise par un français sur deux et correspond à plus de la moitié des investissements dans les objets connectés selon l'étude récente de Gfk pour la fédération française de la domotique.

Ce n'est donc pas une box, mais une enceinte connectée, au design fait pour être posée au milieu du salon, qui est sortie cette semaine, même si elle est beaucoup plus encombrante que ses concurrents.

Son atout ? L'intégration de la technologie Alexa, en plus d'un assistant maison "Ok Freebox", car GreenSI a du mal à croire que Free puisse survivre longtemps dans la course avec les géants pour la meilleure intelligence artificielle à votre service à domicile. Amazon est d'ailleurs en train de maintenir son avance sur Google grâce à tous les partenariats signés pour embarquer sa technologie dans d'autres équipements que sa gamme Echo et proposer également sa technologie en B2B (hôtels, ...).

Du côté d'Orange, le futur de la box c'est le cloud avec la virtualisation des boîtiers TV.

Stéphane Richard avait annoncé il y a plus d'un an (et oui la box de Free est en retard...) que d’ici 3 à 5 ans, il ne restera plus qu’une petite box avec des services intégralement accessibles dans le cloud. Orange a pourtant un assistant vocal depuis 2017, Djingo, mais il n'y a pour l'instant pas de sortie massive. Problème marketing ou technique ? Á suivre.

Free a donc également choisi de faire disparaître sa box TV (le player) mais en la transformant en une enceinte connectée assistant vocal.

Ce qui fait dire à GreenSI que le modèle que vise Free en 2025 est celui d'un GAFAs et pas d'un opérateur. L'intégration de Neflix et de son abonnement dans le prix de la box, et non d'une option comme ses concurrents, est un autre signe de cette connexion avec un modèle de services Internet.

Cloud ou local, l'histoire sans fin du balancier de l'informatique anime les débats depuis les mainframes. Alors qui a raison ? Certainement les deux, mais pas pour les mêmes services.

Mais pourquoi ce nom Delta et ce logo sortie tout droit de Star Trek ?

Une box DELTA au cœur de la VIE de la maison connectée. Si on réorganise les lettres cela fait : DEVIALET. La partie sonore de cette enceinte est justement faite avec la technologie Devialet, d'où la taille de la box ! Comme Xavier Niel adore les énigmes lors des lancements de produits, GreenSI espère avoir trouvé l' "easter egg" et gagné une visite privée de Station-F ;-)

Et si finalement l'avenir de Devialet, challengé par l'émergence de ce marché des enceintes connectés, passait par l'alliance avec des opérateurs Internet ? Devialet est certes techniquement la meilleure enceinte connectée, mais pas la première marque mondiale dans ce domaine où BOSS garde encore de sa superbe. Son association avec des GAFAs semble donc incontournable pour son avenir. Xavier Niel, également actionnaire de Devialet, fait ainsi d'une pierre deux coups avec une box qui peut répondre à l'évolution stratégique de Free et de Devialet. Malin...

Mais maintenant il faut que ça marche !

Et ce n'est pas gagné d'avance car Free doit faire monter en gamme une partie de sa clientèle et purement et simplement en laisser une autre sur le chemin. Si on consulte les forums depuis l'annonce, on y trouve beaucoup de commentaires négatifs sur cette nouvelle box. Ce sont les commentaires de ceux qui se sentent laissés sur le bord du chemin. De là à ce qu'ils mettent un gilet jaune et se révoltent contre la marque qu'ils ont aidée à créer...

Moins de clients, plus rentables, des services internet et domotiques, c'est ça Delta, la nouvelle stratégie de Free plus qu'une nouvelle box. La seconde annonce d'une box plus simple et moins chère n'est qu'une édition limitée.

MISE A JOUR : 24 DEC 2018

GreenSI ne pensait pas avoir vu aussi juste pour la rébellion "des gilets jaunes" de Free !

Xavier Niel a finalement rapidement craqué pour ne pas rater la période de Noël, et annoncé dans les semaines qui ont suivi la sortie, plusieurs offres pour désamorcer le conflit avec ses clients historiques et les associations de consommateurs (UFC Que Choisir) qui posaient des questions :

réduction des frais de changement de box pour les clients anciens et pas d'obligation d'acheter la domotique;nouvelle offre Freebox Delta S pour ne pas basculer sur Delta jugée très chère;pour l'instant le player Devialet n'est vendu qu'avec un abonnement Free

Changer de positionnement, n'est pas si facile.

La fronde du DSI contre les grands éditeurs
Le RGPD 6 mois plus tard : tout ça pour ça ?!
 

Commentaires

Pas encore de commentaire
Already Registered? Login Here
Guest
lundi 21 janvier 2019

Image Captcha

Copyright © 2019 SLA
167 Chemin des Combes 74110 Essert-Romand - tel : 04.50.83.06.79 - Mobile : 06.75.23.84.11

Mentions légales    -    Politique de confidentialité    -    Plan du site

IMPORTANT

copyright

 Notre blog est un blog de Curation, aussi les articles publiés proviennent-ils de différents flux RSS et nous ne prétendons, en aucune manière, nous en attribuer la paternité. Si vous souhaitez lire l'article original sur le site d'origine, il vous suffit de cliquer sur "Lien d'origine " qu se trouve à la fin de l'article.

Traduire

frendeitptrues

Rechercher

CES 2018

Un CES qui fait whoa !

Regard sur le CES 2018

Témoignages

Ils ont assisté à nos séminaires et ils donnent leurs avis.

Ce que les participants en pensent

Programme 2018 - 2019

Aller au haut